Les bienfaits du sport

La pratique d’un sport est d’une importance fondamentale pour tous, même pour les personnes atteintes de sclérose en plaques. En effet, le sport est non seulement capable de prévenir diverses pathologies métaboliques et autres, mais il préserve et renforce également les structures musculo-squelettiques tout en ayant un impact positif sur l’humeur.

Comme déjà mentionné aujourd’hui, le point de vue médical sur la relation sport-sclérose en plaques a changé par rapport au passé, et les médecins recommandent la pratique d’une activité physique régulière, de préférence avec le soutien d’un physiothérapeute et/ou d’un entraîneur personnel qui peut suivre la personne dans la voie la mieux adaptée à ses besoins. Des études récentes ont en effet permis de mettre en évidence les différents effets positifs du sport sur l’évolution de la maladie :

  • une activité physique modérée adaptée à ses limites physiques stimule la production d’endorphines avec un effet positif conséquent non seulement en termes de force musculaire mais aussi en termes d’humeur (contrairement au sport de compétition qui peut conduire à une fatigue excessive et aggraver ainsi l’évolution de la maladie)
  • améliore la mobilité, la résistance au stress et la coordination
  • aide à contrer la sédentarité, qui souvent ne fait qu’aggraver les symptômes
  • a des effets positifs sur la fatigue et la dépression
  • favorise les contacts sociaux.
  • Malgré cela, les données recueillies jusqu’à présent par la littérature ne permettent pas de tirer des conclusions définitives sur les effets du sport sur l’activité du système immunitaire ou sur l’évolution de la maladie elle-même.


Les précautions à suivre

Avant d’entreprendre un cours de sport, il est essentiel de consulter votre neurologue pour obtenir des conseils sur le type d’activité physique qui convient le mieux à vos capacités et à votre situation clinique ; il sera alors approprié d’être suivi par un entraîneur afin de mettre en place une formation aussi personnalisée que possible.

Des mesures préventives sont en place pour éviter toute conséquence négative et pour profiter au maximum de l’activité physique que vous choisissez :

  • commencer votre carrière sportive en étant conscient de vos capacités et de vos limites, afin de pouvoir vous fixer des objectifs concrets et réalisables. Un entraînement constant vous permettra de surmonter certains d’entre eux et d’améliorer vos performances sportives ;
  • comme déjà mentionné, choisissez le sport à pratiquer non seulement en fonction de vos goûts personnels mais aussi (et surtout) en fonction des difficultés de mouvement que vous présentez (dans certains cas il peut être recommandé de faire des activités de groupe alors que dans d’autres il est préférable d’opter pour un parcours individuel avec le soutien d’un personnel spécialisé) ;
  • faire attention à l’augmentation de la température qui se produit normalement pendant l’activité physique, car elle peut aggraver les symptômes de la pathologie, en particulier en termes de spasticité musculaire. Portez des vêtements légers et respirants qui permettent à la chaleur de se dissiper ;
  • n’exigez pas trop de votre corps, écoutez-le plutôt : si vous êtes fatigué, n’exagérez pas, mais arrêtez-vous et reposez-vous.

Auteur de l’article : admin

f }